Recherche en matière d’arachides

Des preuves de plus en plus nombreuses témoignent du rôle des arachides et du beurre d’arachide en tant qu’aliments clés d’un régime alimentaire sain. Il est évident que l’intégration fréquente d’arachides et de beurre d’arachide ainsi que d’autres noix dans vos habitudes alimentaires quotidiennes peut vous procurer d’immenses bienfaits en termes de prévention de maladies. Économiques, délicieuses, polyvalentes et nutritives, les arachides comptent sans contredit parmi les aliments les plus complets que l’on retrouve dans la nature.

En quoi consiste une portion d’arachides ou de beurre d’arachides?

Une portion d’arachides consiste en ¼ de tasse (60 ml) et une portion de beurre d’arachides en 2 cuillerées à soupe (30 ml).

Quels sont les éléments nutritifs contenus dans une portion d’arachides ou de beurre d’arachides?

Une portion d’arachides grillées à sec et non salées contient 9 grammes de protéine, ne contient aucun sodium et aucun cholestérol ; elle constitue également :

  • une source de fibre alimentaire, de potassium, de zinc, de phosphore, de sélénium et de vitamines B6 (pyridoxine), B2 (riboflavine) et B9 (folate)
  • une bonne source de vitamine E, de cuivre et de magnésium
  • une excellente source de vitamine B3 (niacine) et de manganèse

A serving of natural peanut butter contains 7.5 grams of protein, has no sodium or cholesterol, and is:

  • une source de fibre, de magnésium, de zinc, de phosphore, et de vitamines B1 (thiamine) et B9 (folate)
  • une bonne source de cuivre et de vitamine E
  • une excellente source de manganèse et de vitamine B3 (niacine)

D’un point de vue nutritionnel, comment les arachides se comparent-elles aux noix?

Toutes les noix et les arachides contiennent des nutriments similaires et ont une haute teneur en lipides mono- et polyinsaturés bénéfiques pour la santé cardiovasculaire. Par portion (¼ de tasse; 60 ml), ce sont les noix de Grenoble qui ont la plus haute teneur en acides gras oméga-3 ; les amandes ont la plus haute teneur en vitamine E et en calcium ; les arachides sont les plus riches en protéines, en folate et en niacine1. Les arachides contiennent également davantage d’arginine que la plupart des autres aliments, ce qui peut contribuer à dégager les vaisseaux sanguins et à améliorer ainsi la circulation sanguine2,3.

Pourquoi les arachides et leurs dérivés conviennent-ils bien aux personnes qui ont le diabète?

Un des facteurs clés pour la prévention du diabète est une saine alimentation doublée d’un contrôle pondéral et d’une activité physique.

Une étude récente menée à l’Université Loma Linda a conclu que les adultes ayant le diabète de type 2 qui avaient consommé une portion à une portion et demie (env. 45 g) d’arachides et/ou de beurre d’arachide dans le cadre de leur programme alimentaire quotidien recommandé par la Société américaine du diabète (American Diabetes Association, ADA) avaient un régime alimentaire généralement supérieur et plus favorable à la santé cardiovasculaire que ceux qui ne consommaient pas d’arachides ou de beurre d’arachides4.

Comme d’autres légumineuses, les arachides peuvent constituer une source importante de fibre alimentaire et ont également un faible indice glycémique de 15 qui contribue à la gestion du diabète de type 25. Les noix et les arachides ont également une haute teneur en lipides non saturés (mono-insaturés et polyinsaturés) et contiennent du magnésium ainsi que de la fibre, autant d’éléments pouvant contribuer à réduire les risques de diabètes.

Les arachides contiennent-elles du gluten?

Les arachides naturelles sont sans gluten, mais certains dérivés comme le beurre d’arachides ou les arachides grillées à sec peuvent contenir des traces de blé. Si vous suivez un régime sans gluten, assurez-vous de lire attentivement les étiquettes pour être certain de n’acheter que des dérivés naturels des arachides sans additifs à base de blé.

Quelle est la teneur en protéines d’une portion d’arachides ou de beurre d’arachides?

Une portion (¼ de tasse; 60 ml) d’arachides grillées à sec contient 9 grammes de protéines et une portion (2 cuillerées à soupe; 30 ml) de beurre d’arachides naturel contient 7,5 grammes de protéines. Les noix et les arachides (qui sont en fait des légumineuses) contiennent des protéines végétales et entrent donc dans la catégorie des aliments protéinés classés comme choix alimentaires sains dans le Guide alimentaire canadien.

Comment les arachides peuvent-elles contribuer à la gestion du poids?

La gestion des problèmes d’obésité ou le maintien d’un poids santé exigent une saine alimentation et une activité physique. Les arachides peuvent également y contribuer. Elles regorgent de protéines, de fibres, de vitamines et de minéraux essentiels. Elles ne contiennent pas de cholestérol, mais des lipides mono- et polyinsaturés, ces « bons gras » qui font partie d’une alimentation saine. La sensation de satiété qu’elles provoquent dure plus longtemps qu’avec les aliments à base de glucides, ce qui en fait de parfaites collations.

Devrais-je m’inquiéter de la teneur en gras des arachides et du beurre d’arachides?

Quatre-vingts pour cent des lipides contenus dans les arachides sont ce que l’on appelle les « bons gras » non saturés (environ 52 % de mono-insaturés et 33 % de polyinsaturés). Les lipides non saturés sont importants pour la santé cardiovasculaire, car ils aident à réduire le taux de cholestérol dans le sang. La grande majorité des beurres d’arachide disponibles au Canada ne contient aucun gras trans. Les arachides et le beurre d’arachide sont naturellement sans cholestérol.

Les arachides sont-elles bénéfiques pour la santé cardiovasculaire?

Plusieurs études internationales ont confirmé que la consommation régulière de noix et d’arachides peut contribuer à réduire le risque de maladie cardiovasculaire (MCV). La base de données du PEN (Practice-based Evidence in Nutrition) contient, datée du 12 février 2014, l’affirmation que les données d’essais cliniques permettent de manière généralement concordante de suggérer que la consommation au moins cinq fois par semaine d’environ 50 à 100 g (1,5 à 3,5 portions) de noix ou d’arachides dans le cadre d’un régime alimentaire dont les lipides représentent 35 % du contenu énergétique (haute teneur en acides gras mono- et/ou polyinsaturés) diminue le taux de cholestérol total et de cholestérol LDL chez les personnes normo- ou hyperlipidémiques. Les effets semblent dépendre de la dose, surtout chez les personnes ayant un taux de base de cholestérol LDL plus élevé et chez celles qui ne sont pas obèses.

Au Canada, l’Université McMaster, où a été menée la plus vaste méta-analyse jamais entreprise de l’influence du régime alimentaire sur les maladies cardiovasculaires, a spécifiquement identifié les noix et les arachides ainsi que les légumes pour leur forte association avec les faibles taux de maladies cardiovasculaires6. Les chercheurs de McMaster mentionnent que la consommation quotidienne de 30 g de noix (une petite poignée), combinée à un régime méditerranéen (fruits, légumes, grains entiers, légumineuses) a produit une diminution de 13 % des symptômes en un an lors d’une étude portant sur 1224 participants présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire (hommes de 55 à 80 ans, et femmes de 60 à 80 ans)7.

Qui plus est, une étude menée à Shanghai sur 75 000 femmes de 34 à 59 ans a mis en évidence un lien entre la consommation de noix et « un risque moins élevé de maladies cardiovasculaires »8. Une autre étude menée en 2009 où l’on compilait quatre grandes études portant sur plus de 160 000 hommes et femmes a montré que la consommation quotidienne d’environ une once (30 g) d’arachides peut réduire de moitié le risque de maladie cardiovasculaire. Cette même étude concluait que la consommation d’une petite poignée d’arachides 1 à 2 fois par semaine réduisait ce risque de plus de 25 %9.

L’édition 2019 du Guide alimentaire canadien recommande la consommation plus fréquente d’aliments contenant des protéines végétales. La consommation de noix et d’arachides y est associée à une diminution du taux de Cholestérol LDL10

Devrais-je m’inquiéter de la teneur en sodium des arachides?

Une idée fausse très répandue est que les arachides et le beurre d’arachides ont une teneur élevée en sodium. En réalité, une portion (¼ de tasse; 60 ml) d’arachides grillées à sec et non salées ne contient que 2 mg de sodium et est considérée comme sans sodium.

Le beurre d’arachides lui aussi contient beaucoup moins de sodium qu’on le croit généralement, c’est-à-dire, dans la plupart des cas, moins de 140 mg de sodium par portion, ce qui est considéré comme une faible teneur en sodium par l’Outil interactif d’étiquetage de l’industrie (OEI) de l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Cultive-t-on les arachides au Canada?

Le climat canadien n’est pas vraiment favorable à la culture des arachides qui nécessite un sol sablonneux et de la chaleur. Au Canada, on cultive les arachides dans quelques endroits isolés, mais la demande est de loin supérieure à l’offre. Les statistiques américaines concernant l’exportation d’arachides et de produits dérivés des États-Unis vers le Canada se chiffraient ainsi à 127 465 tonnes métriques en 2019. 

Les allergies alimentaires durent-elles toute la vie?

Habituellement, les allergies alimentaires des enfants disparaissent lorsqu’ils grandissent. Par contre, les allergies aux arachides, aux noix, au poisson et aux fruits de mer durent généralement toute la vie.

Lorsque l’on est allergique aux arachides, l’est-on aussi aux noix et vice versa?

Les arachides sont des légumineuses et non des noix, mais en dépit de cette différence, il arrive que certaines personnes allergiques aux noix réagissent également aux arachides. Consultez votre allergologue avant de manger des arachides ou des noix qui ne font pas partie de votre alimentation habituelle11.

Sait-on pourquoi les allergies aux arachides sont si sévères?

Les arachides sont un aliment végétal complexe qui contient plus de 30 protéines différentes. Des recherches sont en cours pour identifier exactement quelles protéines déclenchent une réaction allergique et pourquoi l’intensité de la réaction varie selon les individus. L’allergie aux arachides semble évoluer au fil du temps vers des réactions de plus en plus graves. Santé Canada a établi une liste de dix aliments allergènes primaires : les oeufs, le lait, le soja, les noix, les arachides, les fruits de mer (poisson, crustacés et mollusques), le sésame, les sulfites, la moutarde et le blé.

Les allergies aux arachides sont-elles de plus en plus fréquentes?

La recherche montre que les allergies alimentaires sont toutes de plus en plus fréquentes. Certains pensent que c’est le manque d’exposition à des allergènes potentiels comme les agents infectieux et les parasites durant la prime enfance qui rend plus vulnérable aux maladies allergiques. Il est difficile d’établir si l’accroissement du nombre de cas d’allergies alimentaires en général et d’allergies aux arachides en particulier est dû à une réelle augmentation de leur fréquence ou à une prise de conscience de plus en plus grande de ces allergies chez les consommateurs et chez les professionnels de la santé.

L’odeur des arachides peut-elle provoquer une réaction sévère?

Non, le simple fait de sentir l’arôme des arachides n’est pas la même chose que de respirer des particules de protéine qui provoqueraient une réaction allergique. Les molécules chimiques détectées lorsque l’on perçoit l’odeur des arachides sont des molécules aromatiques appelées les pyrazines et elles ne peuvent déclencher une réaction allergique.

Combien d’arachides faut-il ingérer pour qu’il y ait réaction allergique?

La preuve a été récemment faite que des traces d’arachide suffisent pour déclencher une réaction majeure chez les rares personnes qui sont gravement allergiques.

Peut-on faire quoi que ce soit pour gérer l’allergie aux arachides et prévenir une réaction?

Le seul moyen permettant d’éviter avec certitude une réaction allergique aux arachides est de les éviter, car il n’existe aucun traitement préventif. Cependant, une gestion adéquate, une conscientisation et une éducation peuvent permettre d’éviter la plupart des réactions dues à des allergies alimentaires.

Les personnes qui souffrent d’allergie alimentaire devraient lire soigneusement toutes les étiquettes des produits qu’elles consomment et poser des questions au sujet des aliments préparés par des tiers (par exemple dans les cantines scolaires ou les restaurants). En milieu de garderie ou en milieu scolaire, les parents d’un enfant qui souffre d’une allergie alimentaire devraient en informer les enseignants et le personnel afin qu’ils puissent reconnaître et traiter sans délai d’éventuelles réactions allergiques graves et prodiguer les premiers soins.

En consultation avec leur médecin, les personnes qui souffrent de graves réactions allergiques devraient toujours avoir avec elles le médicament approprié comme de l’épinéphrine injectable (adrénaline) et devraient aussi envisager de porter un bracelet ou un médaillon d’identification avertissant d’éventuels témoins qu’ils ont un problème.

Quand devrait-on introduire les arachides dans l’alimentation des nourrissons et des enfants?

En janvier 2019, la société canadienne de pédiatrie a émis des recommandations concernant l’introduction précoce des aliments allergènes chez les nourrissons à haut risque12. Les directives qui suivent sont basées sur des données qui appuient l’introduction précoce des aliments allergènes courants dans l’alimentation des nourrissons à haut risque :

  • Les nourrissons considérés à haut risque de troubles allergiques ont soit une histoire personnelle d’atopie (c.-à-d. d’eczéma), soit un parent au premier degré (père, mère, frère ou soeur) atteint d’atopie.
  • Selon leur degré de développement et leur aptitude à consommer des aliments solides, on devrait envisager d’introduire les arachides dans l’alimentation des nourrissons à haut risque vers l’âge de 6 mois, mais pas avant l’âge de 4 mois.
  • Dans le cas des nourrissons à risque d’allergies alimentaires faible ou nul, l’introduction d’aliments complémentaires vers l’âge de 6 mois est recommandée.
  • L’allaitement maternel devrait être promu et soutenu au moins jusqu’à l’âge de 2 ans.
  • Les aliments allergènes devraient être introduits un par un afin d’observer la réaction sans toutefois attendre trop longtemps entre chaque nouvel aliment.
  • Si un nourrisson semble tolérer les arachides, il est conseillé aux parents de lui en servir à quelques reprises chaque semaine pour maintenir cette tolérance. En cas de réaction indésirable, les parents devraient consulter un professionnel des soins de première ligne pour savoir quelles mesures prendre.
  • On doit s’assurer que la texture ou la dimension de tout aliment complémentaire est adaptée à l’âge afin de prévenir l’étouffement.

Les preuves les plus flagrantes que l’introduction précoce d’arachides peut aider à prévenir l’allergie aux arachides chez les nourrissons à haut risque ont été fournies par la première étude aléatoire et contrôlée de cette question, l’étude LEAP (Learning Early About Peanut, c.-à-d. apprentissage précoce au sujet des arachides). Pour cette étude, 640 nourrissons à haut risque âgés de 4 à 11 mois ont été répartis au hasard en deux groupes, l’un avec introduction précoce d’arachides au moins 3 fois par semaine, l’autre avec évitement jusqu’à l’âge de cinq ans. Les résultats ont montré une réduction du risque relatif global d’allergie aux arachides pouvant atteindre 80 % lorsqu’il y avait eu introduction précoce des arachides13.

Comment doit-on introduire les arachides dans l’alimentation des nourrissons?

Les allergologues canadiens proposent quelques options pour l’incorporation d’aliments contenant des arachides à l’alimentation des nourrissons. La méthode la plus simple est de mélanger 2 cuillerées à café (10 ml) de beurre d’arachides crémeux à 2 ou 3 cuillerées à café (10 à 15 ml) d’eau chaude et de laisser refroidir. Ce mélange peut être offert tel quel ou après l’avoir ajouté à 2 ou 3 cuillerées à soupe (30 à 45 ml) de céréales pour bébés, de purée de fruits ou de légumes, ou de tout autre aliment mou comme le tofu et le yaourt. Chaque portion fournira 2 g de protéines d’arachide. Une fois préparé, on peut offrir un peu de ce mélange au nourrisson sur le bout d’une cuiller. Si aucun symptôme ne se manifeste dans les 10 minutes, on peut alors lui donner le reste de ce mélange à son rythme habituel d’alimentation14.

Il n’est pas recommandé de mettre d’abord l’aliment sur la peau du nourrisson, car il peut se produire une irritation cutanée qui pourrait être prise pour une réaction allergique. Le contact avec la peau ne permet pas de déterminer si un aliment sera ou non toléré en l’ingérant. Les arachides entières présentent un risque d’étouffement et ne devraient pas être données aux enfants de moins de quatre ans14.

Quelle quantité d’arachides devrait-on donner à un nourrisson, et à quelle fréquence?

Une fois introduites dans l’alimentation et tolérées, les arachides devraient faire régulièrement partie de l’alimentation pour permettre de conserver cette tolérance. La quantité totale consommée par semaine devrait être de l’ordre de 6 à 7 grammes répartis en au moins trois fois, ce qui serait conforme aux recommandations émises par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) dans ses directives pour l’introduction précoce des arachides. Cette quantité peut être réduite sans problème pourvu qu’il y ait continuité dans la consommation (c.-à-d. plusieurs fois par semaine) 14

Comment traite-t-on une réaction allergique sévère aux arachides?

L’épinéphrine, lorsqu’elle est prescrite par un médecin, devrait être administrée sans délai à la personne qui développe une sévère réaction allergique alimentaire. Il faut ensuite obtenir des services médicaux d’urgence pour la suite du traitement.

Il est important de comprendre qu’une injection d’épinéphrine ne guérit pas une réaction allergique, mais ne fait qu’atténuer la réaction immédiate pour permettre de gagner du temps et de demander des services médicaux d’urgence.

Doit-on éviter l’huile d’arachides?

Le procédé de raffinage de l’huile d’arachides élimine la protéine responsable des réactions allergiques. Cette huile est couramment utilisée comme composante des huiles végétales, comme support dans des aliments transformés, ou comme émulsifiant/lubrifiant dans des cosmétiques. Elle est très raffinée et ne devrait pas provoquer de réaction chez les personnes souffrant d’allergie. Toutefois, les huiles pressées à froid pour mieux conserver leur arôme et celles qui ont servi à frire des arachides contiennent la protéine en question et doivent donc être évitées.

La cuisson peut-elle rendre un aliment allergène?

Non. Une allergie alimentaire est une réponse immunitaire à une protéine contenue dans un aliment. La protéine n’étant pas détruite par la cuisson, un aliment ne peut donc être rendu moins allergène en le cuisant.

Peut-on se procurer des arachides biologiques?

Non, les arachides cultivées aux États-Unis ne sont pas génétiquement modifiées. 

Peut-on se procurer des arachides biologiques?

Oui, les arachides, le beurre d’arachides et d’autres produits contenant des arachides sont aussi commercialisés sous une certification biologique.

Aflatoxines

Qu’est-ce qu’une aflatoxine?

Les aflatoxines sont des substances naturelles émises par des moisissures qui se développent dans le sol. Les fermiers, les fabricants de produits alimentaires et les gouvernements collaborent à la surveillance, la réglementation et la réduction de la présence dans la chaîne alimentaire de ces substances associées à la présence de moisissures.

Lorsqu’une plante est exposée à une grande sécheresse et stressée par la chaleur, ses mécanismes naturels de défense s’effondrent, ce qui permet aux moisissures productrices d’aflatoxines de se développer.

Comment détecte-t-on la présence d’aflatoxines?

Les cultivateurs, les fabricants de produits alimentaires et les gouvernements collaborent à la création d’un système de contrôles et de recoupements permettant de surveiller, de réglementer et de minimiser la présence dans la chaîne alimentaire de ces substances associées aux moisissures. Dans le cas des arachides :

  • Les fermiers s’efforcent de gérer sur le terrain les moisissures qui se développent dans le sol.
  • Les entreprises de décorticage nettoient, trient, séparent et vérifient les arachides après leur récolte.
  • Le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) inspecte les arachides et émet aux compagnies de décorticage des certificats relatifs aux aflatoxines.
  • Les transformateurs et les manufacturiers trient de nouveau les arachides et très souvent les nettoient de nouveau ; ils les blanchissent également pour réduire encore le risque qu’il y subsiste des aflatoxines. 

Mon enfant développera-t-il une allergie aux arachides si je consomme des arachides et du beurre d’arachides pendant ma grossesse ou pendant que j’allaite?

Un vaste corpus de recherches permet d’affirmer qu’il n’existe aucune corrélation entre la consommation d’arachides pendant la grossesse ou l’allaitement et le développement d’allergies aux arachides. En 2013, la Société canadienne de pédiatrie a mis à jour ses conseils aux consommateurs de ne pas modifier l’alimentation maternelle pendant la grossesse ou l’allaitement, car il n’existe aucune donnée démontrant qu’en évitant les arachides ou d’autres allergènes potentiels pendant ces périodes contribue à prévenir les allergies. Cette prise de position est conforme à l’opinion qui prévaut en matière de prévention des allergies aux États-Unis, en Europe et en Australie.

Une étude publiée en 2003 s’est penchée sur les facteurs associés au développement des allergies aux arachides durant l’enfance et n’a pas, elle non plus, observé de lien entre l’allaitement et les allergies aux arachides; la consommation d’arachides pendant la lactation des mères d’enfants présentant des allergies aux arachides avait été la même que celle des mères dont les enfants n’étaient pas allergiques15.

 

Téléchargez ce PDF avec les réponses à toutes les FAQ.

Arachides délicieuses et nutritives


Références 

  1. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, 2015.
  2. Palmer, R.M., Ashton, D.S., Moncada, S. Vascular endothelial cells synthesize nitric oxide from L-arginine [Les cellules endothéliales vasculaires synthétisent de l’oxyde nitrique à partir de la L-arginine]. Nature 1998; 333:664-6.
  3. Huynh, N.N., Chin-Dusting, J. Amino Acids, Arginase and Nitric Oxide in Vascular Health [Effets de l’arginase et de l’oxyde nitrique sur la santé cardiovasculaire]. Clinical and Experimental Pharmacology and Physiology 2006; 33(1-2):1-8.
  4. Wien, et al., A randomized controlled trial to evaluate the effect of incorporating peanuts into an American Diabetes Association meal plan on the nutrient profile of the total diet and cardiometabolic parameters of adults with type 2 diabetes [Essai randomisé contrôlé visant à évaluer les effets de l’intégration des arachides à un plan de repas de la Société américaine du diabète sur le profil nutritif global du régime alimentaire et sur les paramètres cardiométaboliques des adultes ayant le diabète de type 2]. Nutr J. 2014; 13:10. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/ PMC3902416
  5. Jenkins, D., et al. Starchy Foods and Glycemic Index [Les féculents et l’indice glycémique]. Diabetes Care 1988; 11:2-149.
  6. Mente, A., et al. A Systematic review of the evidence supporting a causal link between dietary factors and coronary heart disease [Examen systématique des données probantes permettant d’établir un lien causal entre des facteurs diététiques et les affections cardiaques coronariennes]. Archives of Internal Medicine 2009; 169(7):659-669.
  7. Salas-Salvado, J., et al. Effect of a Mediterranean diet supplemented with nuts on metabolic syndrome status: one year results of the PREDIMED randomized trial [Effets d’un régime alimentaire méditerranéen supplémenté de noix sur le statut du syndrome métabolique : résultats après un an de l’essai randomisé PREDIMED]. Archives of Internal Medicine 2008; 168(22):2449-2458.
  8. Jiang, R., et al. Nut and peanut butter consumption and risk of type 2 diabetes in women [La consommation de noix et de beurre d’arachides et le risque de diabète de type 2 chez la femme]. Journal of the American Medical Association 2002; 288(20):2554-2560.
  9. Sabate, J., et al. Nuts and health outcomes: new epidemiologic evidence [Les noix et la santé : nouvelles données épidémiologiques]. American Journal of Clinical Nutrition 2009; 89 (suppl):1S-6S.
  10. Lignes directrices canadiennes en matière d’alimentation à l’intention des professionnels de la santé et des responsables des politiques, Santé Canada, 2019.
  11. Santé Canada. Noix : un des dix allergènes alimentaires prioritaires. 2012. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/ alt_formats/pdf/pubs/securit/tree_nuts-noix-fra.pdf
  12. Société canadienne de pédiatrie, 2019. Le moment d’introduire les aliments allergènes solides chez les nourrissons à haut risque. https://www.cps.ca/fr/documents/position/allergenes-solides
  13. Du Toit, G., et al. Randomized Trial of Peanut Consumption in Infants at Risk for Peanut Allergy [Essai randomisé de consommation d’arachides chez le nourrisson présentant un risque d’allergie]. N Engl J Med 2015; 372:803-813.
  14. Société canadienne d’allergie et d’immunologie clinique. Early Infant Feeding Guidelines FAQs [Directives concernant l’alimentation précoce des nourrissons, questions fréquentes]. 2017. http://csaci.ca/wp-content/uploads/2017/10/FAQs-for-early-infant-feeding-guidelines.pdf
  15. Lack, G., Fox, D., Northstone, K., Golding, J., Avon Longitudinal Study of Parents and Children Study Team. Factors associated with the development of peanut allergy in childhood [Facteurs associés au développement des allergies aux arachides durant l’enfance]. N Engl J Med 2003; 348:977-985.